Association fédérative des consultants et experts de la coopération internationale

Entretien avec un recruteur

Nous diffusons de très nombreux appels d’offre à nos adhérents, qui nous sont transférés soit par d’autres adhérents, soit par des bureaux d’étude. Clément Le Navenec, spécialiste du recrutement chez GFA, a bien voulu répondre à nos questions pour professionnaliser la démarche de nos adhérents lorsqu’ils répondent à ces appels d’offre et augmenter leurs chances.

Comment traitez-vous les CV que vous recevez ?

CLN : Si je reçois trop de CV d’un coup, je ne suis pas en mesure de les traiter tout de suite – c’est pour cela qu’il serait plus judicieux pour les experts d’utiliser le modèle EuropAid que nous utilisons également – vos experts doivent s’assurer que les formats sont similaires.

Nous demandons à nos adhérents de déposer sur le site un CV en format EuropAid. Certains trouvent que la démarche est lourde et compliquée. Quels sont à votre avis les arguments pour les convaincre de l’utilité de ce format ?

CLN : L’aide que vous apportez à vos adhérents leur sera certainement utile, car les recruteurs et bureaux d’études apprécient énormément les CV des experts qui respectent les normes de l’UE ou des autres agences de financement. Le CV EuropAid est « codifié » : un recruteur sait que dans le point 7, il va trouver telle information, dans le point 12, il y a le résumé de l’expérience du candidat et ainsi de suite. C’est une importante simplification pour le recruteur qui va bien sûr être plus attiré vers un CV rédigé de cette manière et c’est un plus pour le candidat qui a ainsi plus de chance d’être retenu, car nous avons à répondre rapidement aux bailleurs et cela nous évite des échanges de mails avant d’arriver au bon format.

Quels conseils pour améliorer les CV des adhérents pour « coller » davantage aux exigences d’un appel d’offre ?

CLN : D’une façon générale je conseillerais aux experts de faire attention aux points suivants :

  • Ne pas oublier : un CV se personnalise pour un projet (notamment le point 12) – il faut si possible adapter son CV aux TdRs lorsqu’une entreprise vous contacte. Par exemple si on demande à un expert « 10 ans d’expérience dans les énergies renouvelables », cela doit être mis en valeur dans le point 12 (Key Qualifications) – penser à utiliser la mise en forme gras.
  • Le point 12 du CV EuropAid sert de résumé/aperçu ! Aussi, il est important de prouver que si vous écrivez « 10 ans d’expérience dans les énergies renouvelables » que ces années puissent être comptabilisées dans le point 14 « Professional Experience ». Nos recruteurs ainsi que les jurys des donneurs comptent le total de votre expérience mission par mission. Ces nombres de jours sont précisés dans les attestations remises aux experts par les cabinets conseil à l’issue d’une mission. Ce point 12 est essentiel, il doit aider un recruteur à comprendre en quelques lignes quelles sont vos spécialités (Ex : Energie / Energies Renouvelables / Energie Solaire / Photovoltaïque). Il ne doit pas être trop long (10 à 15 lignes suffisent).
  • Le point 13 peut être regroupé en « régions » et pas uniquement en « pays » pour un expert avec de nombreuses expériences. Ex : Afrique de l’ouest (Mali, Sénégal, Libéria, Burkina Faso) / MENA (Tunisie, Liban, Palestine, Egypt, Jordanie, Lybie) Ect. Il est cependant utile de tout de même énumérer des pays dans lesquels vous avez travaillé si vous décidez de présenter vos expériences sous le format « région ».
  • Bien être précis sur les dates (point 14) – éventuellement rajouter le nombre de jours / semaines / mois / année
  • Position (Point 14) éviter juste « Key Expert » – essayer de préciser la spécialité (Procurement Expert / GIS Expert / Energy Efficiency Expert ?)
  • Company & Reference Person (Point 14) – mentionner le donneur (WB/ AFD / AfDB….) + l’entreprise de consulting
  • Il est toujours intéressant d’avoir un CV en anglais, en français et toute autre langue que vous maitrisez. Nous recruteurs, utilisons des mots-clés qui varient d’une langue à l’autre. Quand un projet se déroule dans une région francophone, j’aurais tendance à faire ma recherche en français, et vice-versa.

Et concernant les diplômes et les attestations d’emploi ?

Les joindre directement à son CV lors d’une candidature, ce n’est pas forcément nécessaire. Le recruteur devra d’abord se baser sur vos expériences essentiellement décrites dans votre CV pour vous sélectionner pour une mission. C’est dans un second temps où la question peut se poser, quand vous êtes sélectionné en tant qu’expert et que le cabinet de conseil avec lequel vous vous engagez, veut soumettre votre profil dans son offre.


Certains cabinets conseil les demandent pour crédibiliser un CV..

CLN : en effet, cela n’est pas seulement important, mais peut aussi devenir nécessaire en fonction de la demande du bailleur de fond. On sait par exemple que la GIZ peut faire preuve de flexibilité par rapport à ces critères, alors que l’Union Européenne demandera quasi-systématiquement les certificats de missions. Dans le cadre d’un projet financé par l’UE, j’ai dû malheureusement envoyer des réponses négatives à des candidats avec de très bon profils, mais qui n’avait pas la preuve de trois missions en tant que Team Leader alors que le bailleur exigeait les certificats. Impossible de dire si cela va devenir une norme, chez tous les donneurs. Nous recommandons en tous cas de garder ces certificats à portée de main afin d’être réactif et de rester compétitif en tant qu’expert. J’espère que ces quelques conseils pourront aider vos experts !

Je n’en doute pas et un très grand merci à vous!

Pour consulter le modèle de CV EuropAid en français et en anglais, rendez-vous sur nos ressources

Fermer le menu